Du RMVO au Réseau Mesure

 

A l’origine du Réseau Mesure, une étude réalisée en 1999 par le Comité d’expansion économique du Val d’Oise (CEEVO) et une autre menée en 2001 par la CCIV, montrent que le secteur de l’instrumentation et de la mesure est très présent sur le Val-d’Oise, avec un potentiel d’environ 130 à 160 entreprises, représentant entre 4 000 et 5 000 salariés.

A l’initiative de la CCIV et en accord avec le Conseil général du Val d’Oise via le CEEVO, contact est pris avec ces entreprises pour déterminer si elles sont intéressées par la création d’une structure commune à leur secteur d’activité.

Quatre réunions sont organisées tout au long de la première année, permettant aux douze premières entreprises de saisir la parenté de leurs problématiques, l’importance d’y travailler ensemble et d’élaborer un programme d’actions concentré sur leurs principaux besoins.

Le 10 avril 2002, leurs dirigeants décident de se regrouper et d’unir leurs forces en créant leur propre association basée sur le principe du « Système Productif Local », le Réseau Mesure du Val-d’Oise (dit RMVO) est né, doté d’un statut d’association « Loi 1901 ».

 

Evolution du nombre d'adhérents

Grâce à la création de cette association, ces professionnels de la mesure veulent constituer une véritable force de proposition et permettre aux entreprises du secteur d’accéder plus facilement à des ressources d’information stratégiques et opérationnelles. Plusieurs champs d’intervention sont déterminés : les ressources humaines et les besoins en formation, la métrologie (étude des besoins en compétences et en information), le marquage CE pour le matériel de diagnostic in vitro (création d’un groupe de travail de huit entreprises avec un expert extérieur pour la mise en place d’une démarche en entreprise), l’export (participation au salon Pittcon aux Etats-Unis) et la valorisation du savoir-faire des membres du réseau….

Dans leur écrasante majorité, les entreprises regroupées au sein du RMVO ne comptent pas plus de 20 à 30 salariés. La plupart du temps, elles ont des moyens limités. Grâce à la mutualisation, ces moyens augmentent. A plusieurs, les entreprises peuvent réaliser des choses qu’une entreprise seule n’aurait pu envisager, par exemple, recruter quelqu’un qui s’occupe exclusivement de la métrologie. Etre en réseau permet d’obtenir des financements ou de réaliser des économies d’échelle. Ainsi, la mise en place d’une veille technologique ne coûte que 30 % du coût normal pour les adhérents du RMVO. De mê des tarifs préférentiels permettent de participer à des salons professionnels grâce à des stands collectifs. La coopération entre les entreprises du réseau peut prendre des formes variées : développement de produits communs, actions communes de mises sur le marché… Les entreprises peuvent mieux se développer et le faire plus vite.

 

 

Un élan qui ne se dément pas

Dès 2004, des membres du réseau participent sous pavillon commun à deux salons professionnels, Mesurexpo, porte de Versailles, et Médica, à Düsseldorf. Cette même année, le réseau engage pour ses membres une action de veille technologique, réglementaire et commerciale. Il propose dans le même temps un diagnostic métrologie pour améliorer cette fonction dans les entreprises. En parallèle, pour les ressources humaines, des outils de gestion adaptés aux PME sont mis en place pour les aider à rechercher des subventions, à établir des relations avec les établissements d’enseignement supérieur… Un site Internet est créé à la rentrée de septembre, visant à mieux faire connaître les savoir-faire des entreprises membres et à leur permettre de communiquer entre elles. En plein élan, le réseau songe à s’ouvrir aux autres départements. Dès 2005, une dizaine d’entreprises des Yvelines sautent le pas. Vient s’y ajouter une entreprise des Hauts-de-Seine.

Le RMVO compte alors une quarantaine de membres qui font vivre cinq groupes de travail thématiques : export, métrologie, veille technologique et réglementaire, ressources humaines, communication. Ils sont fabricants, distributeurs, sociétés d’ingénierie, bureaux d’études, de génie logiciel... Ils représentent 1400 salariés environ et 350 millions d’euros de chiffre d’affaires. Ce sont eux qui proposent des actions que le réseau concrétise.

Coopération, valorisation et amélioration

Les actions se multiplient en faveur des entreprises membres, que ce soit en matière de prospection commerciale, showroom dans un hôtel bordelais en mai 2006, de communication marketing par le biais d’une agence de presse commune, de groupement d’employeurs et aussi de veille en partenariat avec l’Agence régionale d'information stratégique et technologique (ARIST) permettant aux entreprises de bénéficier d’informations spécialisées tels que brevets, technologies, concurrents… ou encore en matière d’export, notamment par l’organisation de missions de prospection ou de rencontres BtoB, Algérie, en 2005, Turquie, en 2009, Tunisie, Canada, en 2010. Par ailleurs, le réseau favorise une présence soutenue et répétée aux salons professionnels (MesurexpoVision, Pollutec,…). En 2010, le RMVO, avec un pavillon de 360 m² abritant 24 PME-PMI adhérentes, pour la plupart du Val-d’Oise et des Yvelines, représente la première organisation professionnelle présente à Mesurexpo. En 2010, il participe pour la première fois au SEPEM (salon des services équipements, process et maintenance) à Colmar, et au SIPEC (Salon des industries de la chimie, cosmétique, parfumerie, pharmacie).

L’association apporte à ses membres les contacts que ne pourrait pas avoir une PME isolée, donne aussi une vision plus large de l’évolution des marchés, des technologies en lui apportant des moyens d’information et de formation dans des domaines stratégiques. Trois annuaires sont réalisés en réponse à cet objectif : le premier pour faire connaitre à l’extérieur les entreprises du réseau ; le deuxième, plus détaillé, est réservé à ses seuls adhérents et davantage destiné à instaurer des relations plus étroites entre eux ; le troisième, enfin, pour recenser, d’une part, les établissements de formation pour tenter de répondre aux difficultés de recrutement des entreprises du secteur, et d’autre part, les laboratoires susceptibles de les aider à résoudre des problèmes techniques ou de participer à un projet. Trois visites de laboratoires (Laboratoire national de métrologie et d’essais (LNE) ; laboratoires de métrologie de PSA Peugeot et Centre technique des industries aéraulique et thermique (CETIAT) en 2010 concrétisent cette volonté de rapprochement avec les laboratoires de recherche.

Des projets innovants peuvent ainsi se mettre en place. Ainsi, le RMVO est partenaire avec le LNE sur un projet de sensibilisation des PME aux notions élémentaires de la métrologie via une formation gratuite en e-learning. Les membres du RMVO contribueront à la définition du besoin en amont et à la validation du module e-learning en aval. Cette implication du réseau a un effet d’entraînement, de diffusion et de déploiement des formations au niveau national.

Par ailleurs, trois entreprises membres du RMVO sont associées à un projet R&D visant la création d’une carte électronique, outil commun destiné à gérer des métiers différents en mettant en synergie leurs compétences et en réduisant les coûts. Fruit d’une stratégie gagnante pour chaque partenaire, ce projet entre dans sa phase de prototypage courant 2011.

Le RMVO lauréat de l'appel à projet « Grappe d’entreprises »

En mai 2010, avec 160 autres réseaux d'entreprises, le RMVO répond au premier appel à projets « Grappes d’entreprises » lancé par le ministère de l’espace rural et de l’aménagement du territoire. Le titre « Grappe d’entreprises » récompense les initiatives exemplaires des réseaux d’entreprises constitués en grande partie de PME et de TPE et fortement ancrées localement, mobilisées autour d’une stratégie commune et de la mise en place de services et actions concrets et mutualisés. Le 26 octobre, le RMVO est officiellement labellisé « Grappe d’entreprises » au ministère, seul réseau sur le Val d'Oise et parmi les quatre grappes franciliennes sélectionnées. Après huit ans d’existence, le RMVO voit son travail récompensé par l’obtention de ce titre.

Le RMVO devient le "Réseau Mesure"

Initialement centré sur le Val-d’Oise et les Yvelines, le Réseau Mesure s’étend à des entreprises de l’Île-de-France. Aujourd’hui il a une dimension régionale mais aussi nationale. Ainsi, ses objectifs pour les années à venir sont le développement du réseau, l’émergence de projets interentreprises à forte valeur ajoutée, la mise en œuvre de démarches durables de coopération à l’échelle européenne avec des clusters partenaires.

Son intérêt est la création de richesse grâce aux échanges, sa force est la mutualisation des moyens, son atout la mise en commun des informations et des compétences qui favorisent l’ouverture à de nouveaux marchés.