Aller au contenu

SECURITE ROUTIERE ET ECO-CONDUITE La Route et l'Entreprise

logo ceinture sécurité routière

Charte pour la Sécurité et la Prévention des Risques Routiers

La profession des Fournisseurs de Laboratoires et des professionnels de la Mesure compte environ 50 % d’itinérants, notamment dans les services commerciaux ou après-vente. La prévention routière constitue donc une mesure de sécurité importante pour les salariés de notre secteur d’activité.

Le Comité Interprofessionnel des Fournisseurs du Laboratoire et le Réseau Mesure ont ainsi rédigé cette Charte pour la Sécurité et la Prévention des Risques Routiers afin de sensibiliser toutes les entreprises et leurs collaborateurs aux bonnes pratiques de la route et de l’éco-conduite.  

Le groupe de travail "La route et l'entreprise" est constitué d'adhérents du Réseau Mesure et du CIFL .

 

Dans le cadre des travaux du groupe « La route et l’entreprise », le Réseau Mesure et le CIFL proposent à leurs adhérents des formations à la sécurité routière à tarifs remisés.

 Quelques chiffres pour mieux comprendre

  • Le risque routier professionnel est la 1ère cause d’accident mortel du travail.
  • 50% des tués au travail le sont sur la route.
  • 70 jours : durée moyenne d’un arrêt de travail avec incapacité temporaire suite à un accident de la circulation.
  • Les arrêts de travail suite à un accident de la circulation sont 1,5 fois la durée moyenne d’un arrêt de travail.
  • Le coût d’un accident de la circulation en mission est 3 fois plus élevé que le coût moyen d’un accident du travail.
  • 90% des accidents routiers au travail sont dus à un comportement humain inadapté.

 Quelles conséquences pour l’entreprise ?

  • Humaines : Perte du capital humain / perte de l’homme clé / perte des compétences.
  • Financières : Les accidents de la route occasionnent des coûts directs et indirects (souvent 2 à 3 fois plus importants).
  • Juridiques : Le risque routier pour un collaborateur en mission est un risque professionnel. Comme tous les risques professionnels, ce dernier doit faire l’objet d’une évaluation et être consigné dans le document unique (Article L4221-1 et R4121-1 du Code du Travail).

Pour les entreprises du Réseau Mesure et du CIFL, le risque routier est identifié dans leur document unique comme un risque majeur.

  3 possibilités de formation sont à disposition des adhérents :

 

Formation certifiante de deux jours : Préventis Card Pro

Pourquoi choisir la formation Préventis CARD-PRO pour vos collaborateurs ?

  • Sécuriser leurs déplacements professionnels et/ou domicile-travail
  • Acquérir les compétences d’une conduite professionnelle
  • Entretenir et perfectionner leurs connaissances sur les véhicules
  • Améliorer leur impact environnemental dans le cadre de votre politique RSE

Caractéristiques de la formation

  • Formation interactive et dynamique
  • Alternance théorie et pratique
  • Expérience ludique et enrichissante
  • Evaluation continue durant 2 jours

Avantages pour l’entreprise

  • Réponse adaptée aux exigences du Document Unique (DUERP)
  • Montée en compétences de vos collaborateurs (formation certifiante)
  • Valorisation de vos collaborateurs et instauration d’un esprit de prévention
  • Renforcement de la cohésion d’équipe

Tarif 2022 adhérent Réseau Mesure : 668 €HT
Tarif 2022 non adhérent: 695 €HT

Formation d’une journée : Préventis PREMIUM

  • Formation sur 1 journée sur site protégé dédié à la sécurité routière.
  • Mise à disposition d’un véhicule Centaure puis évolution avec les véhicules personnels.
  • Pédagogie innovante basée sur le retour d’expérience.
  • Encadrement par un animateur spécialement formé à la gestion de groupe.
  • Bilan sécurité du véhicule.
  • Test de vue.
  • Remise du livre de bord pédagogique.

Possibilité de financement par l’OPCO en fonction des branches et de la taille de l’entreprise.

Tarif 2022 adhérent Réseau Mesure : 419 €HT
Tarif 2022 non adhérent : 435 €HT

Formation d’une journée : Préventis CONTINUUM PRO

Cette journée permet de pérenniser ses acquis.

■ Mesurer sa progression en conduite et compléter ses connaissances.
■ Identifier les pratiques à travailler pour améliorer la conduite.
■ Identifier les conséquences du téléphone (surcharge mentale) sur la conduite.
■ connaître les nouvelles motorisations (hybrides, électrique, biocarburants).

Possibilité de financement par l’OPCO en fonction des branches et de la taille de l’entreprise.

Tarif 2022 adhérent Réseau Mesure : 419 €HT
Tarif 2022 non adhérent : 435 €HT

Formation de une ou deux journées « équipe » sur demande.

Si vous souhaitez proposer à vos collaborateurs une formation dédiée à votre entreprise, nous vous invitons à nous contacter afin de l’organiser.

 

Actualité - Centaure

Bonus, aides carburants, prime à la conversion : le point sur les dernières annonces

Le 22 octobre dernier, le ministère de la Transition écologique a annoncé le maintien des montants du bonus écologique et de la prime à la conversion jusqu’au 1er juillet 2022 ainsi que le versement d’une aide face à la hausse des prix des carburants. Centaure fait le point sur ces annonces et sur l’impact de la transition écologique en cours sur les flottes automobiles.

Maintien du bonus et de la prime à la conversion

Le gouvernement poursuit ses démarches pour encourager les Français à s’orienter vers une mobilité moins productrice de CO2. Ainsi, Barbara Pompili, ministre de la Transition écologique, a annoncé le maintien de la prime à la conversion et du bonus écologique jusqu’au 1er juillet 2022. La prime à la conversion permet de remplacer son ancien véhicule par un
modèle moins polluant en bénéficiant d’une aide pouvant aller jusqu’à 5 000 euros tandis que le bonus écologique  propose une aide de 6 000 euros pour l’achat d’un véhicule électrique ou hybride.

Pour rappel, ce bonus écologique avait été augmenté jusqu’à 7 000 euros au lendemain du premier confinement puis rabaissé au niveau actuel et devait être réduit en 2022.

Depuis le début du quinquennat, 860 000 primes à la conversion et 430 000 bonus écologique ont été distribués dans l’hexagone.

Mise en place d’une aide pour les plus modestes

Face à la montée des prix des carburants et de l’énergie (gaz et électricité), le gouvernement a également annoncé le versement d’une aide de 100 euros aux Français les plus modestes. Cette « indemnité inflation » concerne toutes les personnes ayant un salaire inférieur à 2 000 nets par mois, soit plus de 38 millions de Français. Cette aide représente un budget de 3,8 milliards d’euros pour l’État.

Dans les faits, les salariés du secteur privé vont recevoir cette aide dès le mois de décembre 2021 tandis que les salariés du secteur public la percevront à partir de janvier 2022. Le gouvernement a également défini les modalités de versement pour les indépendants, les retraités, les bénéficiaires de prestations sociales et les demandeurs d’emploi (indemnisés par
l’Urssaf, leur caisse de retraite ou Pôle emploi).

Retrouvez le détail des conditions d’obtention ici.

Impact de la transition écologique sur les flottes d’entreprise

La transition écologique en cours se reflète également sur les flottes d’entreprise. Selon le baromètre des flottes et de la mobilité de l’Arval Mobility Observatory (édition 2021), 57 % des responsables de flottes déclarent utiliser au moins une technologie alternative, contre 30 % en 2020. 80 % pensent utiliser au moins une énergie alternative d’ici 3 ans.

La transition écologique des flottes d’entreprise poussée par la loi de Transition énergétique et la loi d’Orientation des mobilités est donc aujourd'hui une réalité et amène à repenser le fonctionnement des flottes de façon profonde. Électrifier sa flotte automobile devient une nécessité pour toute entreprise.

Cette transition ne consiste pas simplement à changer un véhicule diesel par un véhicule électrique ou hybride. Il est nécessaire de bien connaître son parc automobile et les réels besoins de ses collaborateurs afin de prendre les bonnes dispositions. Le risque : qu'une mauvaise stratégie entraîne une explosion des coûts pour l’entreprise.

Autre enseignement de cette étude : les parcs devraient également avoir tendance à grossir. 1 gestionnaire de flotte sur 2 anticipe une augmentation de son parc auto dans les 3 prochaines années. Cela montre que le phénomène de rationalisation des parcs annoncé - à savoir la mutualisation des véhicules, le développement de l’autopartage… – peine pour l’instant à sa place au sein des entreprises.

Mais le gestionnaire de flotte doit aussi faire face à la crise des semi-conducteurs qui engendre des retards de livraison colossaux. Il doit gérer ces délais en sensibilisant ses équipes et en cherchant les meilleures alternatives pour patienter comme la prolongation de contrats de LLD ou la location moyenne durée.

N’attendez-plus
rejoignez-nous

fr_FRFrench
Faire défiler vers le haut